Classe flexible, le nouveau réflexe ?

Des équipes des écoles primaires ainsi que celles des collèges s’interrogent sur les apprentissages face la diversité des cerveaux que les parents nous confient. Neurosciences à l’appui, les enseignants s’accordent sur cette hétérogénéité criante et grandissante dans nos classes. Elle s’est exacerbée ces deux dernières années avec la pandémie ce que le secrétaire général des Nations Unies dénomme « une crise mondiale de l’apprentissage »i. Malgré les écarts entre les besoins des élèves, la prise en compte ou non de leurs émotions et de leurs attentes, de nombreux enseignants, en dépit de la lassitude, se mobilisent encore, questionnent et testent la classe flexible.
La formation continue collective tout comme la formation continue individuelle apportent de belles réponses qui se coconstruisent avec eux et s’affinent au coeur des établissements. À chaque fois, ces rencontres sont riches d’échanges entre professionnels, d’apports théoriques, de productions créatives et de plans d’action. Le dynamisme insufflé par la réflexion et leurs expériences vécues facilitent de manière authentique et durable leur passage à l’acte. Systématiquement, les chefs d’établissement sont capables de mesurer dans leurs équipes les petits pas voire les déplacements en matière de pédagogie. Au-delà de la classe flexible qui chatouille, à tort, certains esprits plus sceptiques, réjouissons-nous de ce nouveau réflexe collectif : une remobilisation via la formation pour redonner du sens à notre coeur de métier et à notre volonté de partager cette mission dans nos établissements.

JF VIGILANT


i https://news.un.org/fr/story/2022/01/1112882